Hotel Krone   Rozenn Droz  

"J’écris mes idées sur les murs de mon atelier ou sur des post-it qui finissent sur des murs. L’affichage est une projection d’idées.

Visiter l’atelier d’un artiste est toujours chose passionnante, mais le remplissage des murs (qui sont originellement blancs) me permet de comprendre la manière de communication et la vision de l’hôte. C’est une exposition officieuse, une carte mentale matérialisée.

Au delà de la démarche artistique, c’est un souvenir d’enfance qui m’a amené à analyser cette pratique. Petite, je dessinais sur tout support qui me le permettant, les murs n’y échappant pas. C’est peut être instinctif ou simplement une idée, une envie. Cette manie a persisté en grandissant malgré les interdictions. Sans vraiment comprendre la raison de ces gestes."

 

„I write my ideas on the walls of my studio or on Post-its that I stick on a wall. Plastering walls is a projection of ideas.

I always enjoy a visit to another artists studio, but filling walls (that were originally white) allows me to understand how the host sees the world, how the host communicates. It’s an unofficial exhibition, a materialized mind map. That’s the artistic approach.

It’s a childhood memory that has made me look at this practice more closely. When I was little, I drew on every surface available, no wall escaped me. I do this instinctively, follow an idea, an urge. The obsession never went away when I grew up, even if I wasn’t allowed to do it. I never really knew why I did this though.“

 

x